Commençons par mes études :

Les concours ça me connaît j'en ai passé plusieurs mais c'était il y a 15 ans... 
Après avoir obtenu une Licence de Géographie, j'ai passé le concours d'entrée à L'IUFM (Institut Universitaire de Formation des Maîtres) mais j'ai échoué. 
Pour ne pas rester sans rien faire et de peur de perdre la motivation en restant chez moi, j'ai continué mes études et obtenu une Maîtrise de Géographie et Aménagement du territoire tout en repassant le concours de l'IUFM que j'ai réussi cette 2nde fois. 
À l'issue de cette 1ère année de prépa, j'ai passé le Concours de Recrutement de Professeur des Ecoles (CRPE). Mais j'ai échoué aux épreuves écrites. 
L'année d'après je me suis inscrite aux cours du CNED et j' ai retenté le CRPE que j'ai à nouveau raté. 
Après ma 3e tentative et 3e échec (même pas fichue d'atteindre les oraux !) je me suis tourné vers les concours de niveau B et C : Secrétaire et Agent d'administration scolaire et universitaire. Cette fois-ci j'ai eu de bonnes notes mais à mon grand désespoir il y avait trop peu de places disponibles pour un trop grand nombre de postulants... 
 

Mon parcours pro :

J'étais enceinte jusqu'au cou quand j'ai passé ma dernière épreuve de concours. Avec un bébé je n'avais plus du tout la motivation pour reprendre les études et j'ai donc cherché un travail n'importe lequel.
Pendant mes études j'avais été Surveillante dans un collège et le week-end je bossais dans une pizzeria. De simple Livreuse de pizzas à mi-temps, j'étais passée Manager à plein temps mais je ne voulais plus les horaires décalées sans fin de la restauration. Néanmoins j'aimais bien le commerce. 
Je me suis donc retrouvée Caissière-Vendeuse dans une supérette puis grâce à mon investissement j'ai été promu Responsable Adjointe de magasin 
On a déménagé pour faire construire notre maison et j'ai dû trouvé un nouvel emploi plus près de chez moi : Hôtesse de Caisse dans un supermarché où je suis ensuite passée Hôtesse d'Accueil puis Responsable du Service Qualité-Locations de véhicules-SAV. 
Dans tous les emplois que j'ai occupé j'ai commencé par le bas de l'échelle et j'aimé monté les échelons pour avoir plus de responsabilités. Mon diplôme ne m'a strictement servi à rien mais j'avais les capacités pour évoluer et l'envie d'avoir une meilleure place. 
 

Envie de changement... 

Quand j'ai eu 40 ans j'ai eu envie de tout plaquer, je crois que j'ai fait une petite crise de la quarantaine car j'ai failli plaquer mon mari, mon boulot, ma maison.. tout me sortait pas les orbites !!! 
Mais comme je suis une personne réfléchie et sérieuse j'ai décidé de me reprendre en main. Un de mes nouveaux buts a été la recherche d'un nouveau travail. Après 15 ans dans le commerce j'en avais marre. J'aime le contact avec les clients et le travail en équipe mais les horaires ne me convenait plus (amplitude horaire de 5h à 20h30, travail le week-end, etc...) et je me suis rendu compte que je préfèrais les tâches administratives. 
Entre temps j'ai eu un accident de ski qui m'a cloué à la maison pendant 6 mois. Je continuait à chercher du travail mais je savais que je devais me faire réopérer et je préférais être au meilleur de ma forme pour commencer un nouvel emploi . Je cherchais donc mais sans vraiment m'y mettre à fond. 
C'est mon petit frère qui m'a parlé du concours de la DGFIP car il cherchait lui aussi un nouveau travail. Ma meilleure amie y travaille aussi depuis 8 ans mais elle ne me parlait pas trop de son travail (discrétion pro oblige... par la suite, elle m'a donné de bons conseils). 
J'ai donc tenté l'aventure et je comptais réviser avec mon frère, c'était super de faire ça ensemble. Finalement mon frère a laissé tombé dès l'été et a trouvé un autre emploi qui lui plaît. C'est donc en solitaire que j'ai continué l'aventure. 
J'aurais pu tenter les concours de catégorie A ou B mais ils m'ont semblé trop durs au vu des épreuves et de mes échecs passés. Je désirais ardemment changer de boulot et faire quelque chose de différent qui me plairait donc j'ai tout misé sur un niveau plus abordable. 
Une personne de ma famille m'avait rit au nez quand je lui ai parlé de mon inscription au concours. Pour lui mes études étaient trop loins, je n'y arriverais pas et à 40 ans c'était une perte de temps inutile! Ça m'a un peu déstabilisée sur le coup mais j'ai décidé de lui prouver le contraire. 
 

Ma préparation au concours :

J'ai révisé grâce au forum devenez-fonctionnaire que j'ai découvert en cherchant la correction du 1er QCM que j'ai fait. Et aussi en aidant ma fille à faire ses devoirs. J'ai refait plusieurs fois tous les QCM du site, j'ai étudié les cas pratiques des années précédentes et j'ai jeté un œil sur les copies de candidats. Je me suis fait plein de fiches. Mais je trouvais que je n'y avais pas consacré assez de temps, il y a des jours où en rentrant du boulot j'avais la flemme de faire mes devoirs... 
Le jour J les épreuves écrites m'ont paru plus dures que celles des années précédentes. 
Pour le QCM j'ai fait la bêtise de faire les parties dans l'ordre : j'ai perdu beaucoup de temps dans les maths (mon point faible) et quand je suis arrivé à la partie logique il ne me restait plus assez de temps pour finir alors que c'était un de mes points forts. Un peu dégoutée par mon manque de stratégie, j'étais sûr d'avoir perdu beaucoup de points. 
Pour le cas pratique, pas de soucis pour les questions sur les docs (j'adore lire, je dévore des romans et donc je lis vite). Mais j'ai eu une grosse frayeur quand j'ai constaté que 9 chiffres ne rentraient pas dans ma calculatrice de poche !  Ça m'a vraiment perturbé pour la suite de l'épreuve. Pour la rédaction je l'ai fait directement sans brouillon et au feeling sans vraiment faire de plan. 

J'étais persuadée avoir échoué encore une fois. Quelle stupéfaction quand j'ai vu mon nom sur la liste de pré-admissibilité et encore plus étonnée d'être admissible !

Pour l'oral j'étais reboostée à fond et fin prête à réussir en espérant compenser mes présumées mauvaises notes des écrits. 
Mon opération chirurgicale a été programmé pile 1 mois avant mon oral (alors que je connaissais pas encore la date de ma convocation ) mais cela m'a permis d'avoir toutes mes journées à la maison pour réviser. J'étais donc à fond dans les révisions. J'ai essayé de répondre à toutes les MES du forum. J'ai parcouru tous les sites liés à la DGFIP et à la DGDDI, j'ai lu et relu le guide de déontologie. 
Le plus dur a été de faire un gros effort sur moi-même pour vaincre mon plus grand défaut : mon débit de parole. Je parle très vite et mâche mes mots, parfois on a du mal à me comprendre et je dois me répéter. Mais je me suis entraînée et entraînée encore et encore ... 
Mon mari a dû prendre sa journée pour m'emmener car je ne pouvais pas conduire un si long trajet avec ma jambe en convalescence. D'ailleurs je marchait avec une canne mais je n'ai pas voulu la prendre pour me présenter à l'oral de peur que ça me fasse du tort. Quand l'accompagnante m'a mené jusqu'au jury, elle m'a demandé si je n'avais pas de problème pour monter les escaliers et je n'ai pas osé dire non et me voilà donc à souffrir 2 étages à pied sans canne (bordel j'aurais dû prendre l'ascenseur Grrr !!! mais je ne voulais pas montrer ma faiblesse). Heureusement que l'oral se passe assis... 
J'ai trouvé que cela s'était bien passé et j'étais fière de moi. Mais plus je pensais à mon oral plus j'avais des doutes sur ce que j'avais répondu, comment je l'avais dit... et si finalement je ne m'étais pas plantée ?? 
J'ai passé 10 longues journées à ressasser mon oral (c'est très long quand on est bloquée à la maison) et à parcourir le forum de long en large.
Le jour J je me connecte pour voir les résultats à 13h59 rien, je réactualise la page toutes les minutes. Toujours rien à 14h08 j'enrage !! 
Et là je reçois un texto de ma meilleure amie qui me dit "félicitations tu es sur LP". J'en revenait pas, j'étais à la fois surprise d'avoir réussi et aussi super contente. Et vlan pour ceux qui ne croyaient pas en moi... 
 
Une nouvelle vie s'ouvre à moi maintenant et j'ai hâte de rejoindre la DGFIP. 
Un grand merci à ce forum qui a été pour moi mes annales, mon livre de chevet, mon ami...

Commentaires (3)

Ce commentaire a été minimisé par le modérateur sur le site

Félicitations à toi. Comme quoi, il n’y a pas d’age Pour réussir des concours. On sent ta détermination et on voit que tes efforts ont payés. Bravo à toi et sois fière de ce que tu as accomplis.

virgile Auteur    Yonji
Ce commentaire a été minimisé par le modérateur sur le site

Merci beaucoup Yonji. Oui je suis fière de moi

Ce commentaire a été minimisé par le modérateur sur le site

Beau parcours et belle ténacité ! Comme quoi, il faut fixer soi même son cap et avancer dans ce sens.

Il n'y a pas encore de commentaires postés ici

Ajouter vos commentaires

  1. Poster en tant qu'invité. S'inscrire' ou connectez-vous à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement